Géopolitique

URSS Russie 1991 (Les Echos)

De l ‘URSS à la Russie : il y a 20 ans, les racines du changement | LE 01/09/2011 Moscou, août 1991 : à l’aube d’une nuit tranquille, une famille italienne, à peine arrivée de Rome, se réveille en sursaut, alarmée par un bruit étourdissant qui effraie les enfants. Leur réflexe immédiat est de penser à un de ces séismes qui touchent régulièrement la péninsule, mais en ouvrant la fenêtre ils découvrent une colonne de chars d’assaut à l’allure agressive et peu enclins à la parade. Nous sommes le 19 août… Quelques heures plus tard, le monde découvrait un putsch en URSS, le plus grand pays au monde. Depuis plusieurs années l’Occident était sous le charme du maître du Kremlin, Mikhaïl Gorbatchov. Il avait su vendre avec intelligence sa Perestroïka – reconstruction – et sa Glasnost – transparence -, alors que l’URSS voyait ses usines réduites à néant, son agriculture mourir, ses magasins se vider… En Europe, sa tentative de mettre en place des clones de sa politique, une espèce de communisme soft, se soldait par un échec grâce à Reagan, au Pape polonais et à l’instinct des peuples. Le mur pouvait s’écrouler sans hypocrisie à Berlin, où la seule sagesse finale de Gorbatchov fut de ne pas déclencher un conflit suicidaire. En Russie la situation était bien différente. Depuis plusieurs années, sa popularité internationale était inversement proportionnelle à sa popularité intérieure ; le pays restait inéluctablement aux mains du PCUS (Parti Communiste d’Union Soviétique) et de ses réflexes totalitaires. Depuis 1989, voguant sur l’onde de ces échecs et sur l’idée que l’on pouvait mettre fin au communisme et redonner une fierté au peuple russe, un leader bien moins charismatique à l’international s’imposait, Boris Eltsine. Il pariait sur la centralité de la Russie, sur la capacité des ex-républiques soviétiques à se libérer des chaînes de l’empire bolchevique pour construire avec elles un nouvel avenir. Présagée par Hélène Carrère d’Encausse dans son ouvrage «L’Empire éclaté», cette nouvelle géopolitique mondiale n’enthousiasmait guère le conservatisme des leaders en place, sans compter les amitiés extrêmement fortes construites par Gorbatchov ; à commencer par celle avec François Mitterrand. ADVERTISING inRead invented by Teads L’Occident se refusait à affaiblir l’ami, à suivre un leader aux allures rustres et continuait à ne pas comprendre la Russie en profondeur alors que, d’escarmouche en escarmouche, la rivalité entre le leader de l’URSS et le leader de la Russie se faisait toujours plus âpre. Le premier interdisait de plus en plus au second d’exister : des accès refusés à la télévision jusqu’à la mise sous tutelle, un véritable séquestre, par oukase de studios tv destinés à la naissance d’une première télévision libre italiano-russe, en juillet 1991. La rivalité entre les deux hommes était extrême ! Quand fin août 1991 les chars entrent dans Moscou et foncent vers la « Maison blanche », l’immense siège de la Russie et de son leader Boris Eltsine, Gorbatchov est en Crimée, confiné aux arrêts à domicile. Une bande de leaders repêchés des pires instants de la guerre froide se présente alors au monde. La communauté internationale craint le pire, elle réfléchit. La première réaction importante vient de la France, son Président, qui, ô surprise !, au lieu d’une vive et nette condamnation émanant d’un pays défenseur des libertés et des droits, choisit un ton prudent, communique les intentions de la nouvelle gouvernance, tente d’y associer son ami Helmut Kohl… Alors que le monde anglo-saxon appuie sans hésiter celui qui, entre temps, fort d’un physique imposant, à la voix grave, tel l’ours symbole de son pays, se lève sur un char pour dire non au putsch, Boris Eltsine. Cet animal politique, instinctif, est aussitôt suivi par le peuple qui se reconnaît dans cette volonté d’invertir l’histoire. En peu de temps c’est l’échec du coup d’Etat. Quelques heures plus tard, Gorbachov réapparaît, apparemment épuisé mais suffisant alors que Eltsine s’excusera auprès du peuple russe pour les souffrances endurées au cours de ces journées. De cette période charnière, un mystère persiste : la réaction du président français. Comment François Mitterrand a-t-il pu donner un appui aussi clair aux cyniques marionnettes de la tentative de coup d’Etat sans penser, ni savoir, qu’elles étaient les pantins d’une partie bien plus complexe dirigée par un habile joueur d’échec, son ami Gorbatchov qui si l’opération avait réussi – une fois Eltsine, son ennemi juré, éliminé – aurait pu revenir en médiateur sollicité par la France ? En fait, Mitterrand s’était fait probablement complice de cette tragique mascarade, au nom de l’amitié et d’un conservatisme qui nie la volonté des peuples à disposer d’eux-mêmes, enfreignant ainsi un des principes fondateurs de notre République. Eltsine allait ensuite devoir entreprendre une rupture avec le passé bolchevique incarné en dernier lieu par l’homo sovieticus Gorbachov : une période difficile, aux souffrances multiples pour son peuple, aux allures parfois de Far West – Far East ! Il allait devoir affronter une de ces transitions aussi difficiles qu’incontournables pour sortir le plus vite possible de ces 80 années de communisme. C’est en grimpant sur un char en 1991 que Boris Eltsine commença à préparer le renouveau de la Russie et c’est en démissionnant, en 1999, qu’il la plaça sur la voie du renouveau, à l’aube du troisième millénaire. Si aujourd’hui cette dernière décennie du XXe siècle semble encore difficile à accepter, la Russie lui doit cependant les bases de sa renaissance et aujourd’hui des victimes d’hier, les personnes âgées sont fières de voir leurs petits-enfants croire en l’avenir, dans un pays où l’accès wifi gratuit est plus libre qu’en France ! En savoir plus sur

Catégories :Géopolitique

Tagué:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s