Non classé

#benoitvitkine #russie

réponse à Benoit Vitkine dans le monde 25.03.2020
Dans le monde de l’économie de marché, il n’est pas rare de voir des entrepreneurs ou prédateurs, selon son propre angle d’approche, racheter des entreprises pour l’euro symbolique, la dette annulée, pour trop souvent mieux les dépecer…et en tirer un profit charnel au lieu de penser les relancer pour le bien de ceux qui y travaillent, de son histoire et de son développement.
Je rappelle ce petit exemple car si bien entendu chacun d’entre nous peut apprécier à sa façon les 20 années de Poutine, toute analyse devrait au moins ne pas avoir une mémoire courte sinon savoir tenir compte d’un parcours historique résolument particulier. La Russie que reprend Poutine achève un  siècle, le XXème, marqué par un régime tzariste peu enclin à générer le bien être, d’ailleurs suivi par une sanglante révolution qui accouchera de 73 ans de Bolchévisme qui laissera le pays par terre, sur presque tous les fronts – sauf à se rappeler des sacrifices colossaux de la seconde guerre mondiale pour consentir la victoire des alliés sur le front occidental, mais aussi  de hauts lieux scientifiques, culturels, artistiques…-pour enfin vivre un véritable « far east », la décennie 90 qui bâtira sur les cendres de nouveaux sacrifices les conditions d’un pays en mesure d’entreprendre sa reconstruction…
Ce n’est pas pour 1 rouble que Poutine reprend la Russie, mais un pays chargé d’un énorme passif tant structurel que mémoriel (je rappelle souvent que les grands pères et mères polonaises, tchèques pouvaient raconter à leurs enfants comment était un pays indépendant avant l’occupation bolchévique et communiste (si souvent alors soutenu par de nombreux intellectuels occidentaux).
Le pays en 2000 est aux abois mais il est cette fois armé d’une architecture institutionnelle qui lui permet d’envisager un modèle démocratique, une économie indépendante, une société en mesure de prospérer et de répondre toujours plus aux exigences de ses différentes composantes.  
C’est donc en 20 ans que Poutine a pu offrir la stabilité, la croissance, un mieux vivre pour de plus en plus de citoyens, la confiance….certes on est encore loin de modèles qui nous correspondent mais cela vaudrait la peine de se poser la question de l’ « exportabilité » des modèles occidentaux et parfois même sur ce que l’on entend par modèle.
N’oublions pas  le temps – les siècles – que la France, l’Italie, l’Allemagne ont mis pour construire leur espace démocratique, leur économie, leur modèle social pour mieux prendre en compte que ce qu’a fait Poutine en 20 ans : c’est colossal. Ceux qui connaissent la Chine réalisent du seul point de vue des libertés individuelles ce que cela signifie.
Qu’il s’ouvre donc  la possibilité de prolonger son mandat, de « remettre les compteurs à zéro », ne lui ressemble pas mais il faut peut être aussi y voir une nécessité dans les temps troublés que nous vivons, une nécessité que de toute façon il soumettra au vote, laissant à cette démocratie russe embryonnaire le soin de décider. Commençons par respecter le vote.
N’oublions jamais qu’en 1991 et 1993, c’est pour revenir en arrière que des tentatives de coups ont eu lieu. Laissons, vigilant, le temps à la Russie de se reconstruire. 
Accompagnons la plutôt que de continuer à la mettre au banc sinon au coin de l’histoire.

Catégories :Non classé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s