Non classé

Lettre à mes ami(e)s sur le conflit mondial

01.03.2022 

Ami(e)s, connaissances m’ont manifesté de nombreux témoignages de sympathie, inquiets du fait que je vive en Russie; ils m’ont aussi légitimement interpellé sur ce que je pense du conflit en cours. 

J’ai voulu prendre quelques jours pour y réfléchir, loin de ce que je ne cesse de condamner, la twitterisation de nos sociétés, qui en limite la capacité d’analyse.

Un bref retour auto biographique s’impose. 

Je suis né dans la région de Lille, terre du Général de Gaulle, qui très vite a guidé ma vision du monde, de sa capacité de résistance et combat à l’horreur nazi à son ouverture vers l’URSS et la Chine, en passant par l’esprit de réconciliation avec l’Allemagne.

Adolescent, bercé par le cinéma américain, j’ai bien entendu été fasciné par ce pays, j’en ai porté les symboles levi’s, UCLA… La découverte de l’Allemagne de l’Est en 1981, de la Tchécoslovaquie en 1983, de l’URSS en 1984 n’ont fait que conforter l’idée que nous avions eu une chance folle de vivre en Europe de l’Ouest et que nous serions un jour redevables aux peuples que nous avions abandonné à Staline.

Dès la fin 1989, je fus professionnellement associé au déroulé de l’histoire en Tchécoslovaquie, en Pologne et en URSS. J’ai pu y constater les traumatismes générés par le communisme. A Prague je retrouvais l’atmosphère terrifiante d’un film important pour moi, « L’Aveu » de Costa Gavras, tourné dans mon collège du Nord. 

Au début du XXIème siècle, j’ai aussi commencé à travailler entre l’Europe et la Russie. Je fus observateur, témoin, acteur, parfois protagoniste, entre ces deux mondes qui se ressemblent tant désormais, au service d’intérêts industriels et institutionnels. J’ai vu la Russie vivre une horrible transition à la fin des années 90 pour commencer sa reconstruction il y a 20 ans, 20 ans seulement.

J’ai accompagné professionnellement la politique de la main tendue de la Russie au cours des deux premiers mandats de Poutine, y retrouvant les desseins du Général de Gaulle qui voyait l’Europe de Brest à l’Oural. Je devais continuer dans cette direction jusqu’il y a encore peu de temps.

J’ai constaté que ce que l’on appelle « occident » ne réussissait pas à métaboliser la chute du mur d’un point de vue idéologique, à comprendre les différences fondamentales entre URSS et Russie, la première voulant exporter l’idéologie de la dictature du prolétariat, du communisme, 

la seconde n’ayant vocation à exporter que ses matières premières, ses cultures, ses paysages. 

J’ai travaillé 20 ans à tenter de rapprocher l’Europe dont je suis un pur produit et la Russie que je découvre chaque jour plus, avec ses qualités, ses charmes et surtout aussi ses défauts, ses erreurs, ses fautes.

Combien de fois n’ai-je trouvé qu’un mur idéologique en Europe, qui ne fit que conforter ceux qui au Kremlin préfèrent eux aussi la logique de la confrontation. Ils étaient minoritaires. Les blocages européens n’ont fait que les conforter et renforcer. 

Aujourd’hui de part et d’autre ce sont ces extrêmes qui sont à la manœuvre, nous leur avons laissé champ libre. J’ ai donc failli dans mon rêve de rapprochement. 

Les USA ont imposé leur vision du monde. Je préférais une Europe forte et indépendante.

Désormais la guerre est là, elle n’est pas aux portes de l’Europe, elle est en Europe!

Comment pourrait-on souhaiter à quiconque, même à son pire ennemi, une guerre presque civile – les liens entre les populations russes et ukrainiennes sont si nombreux, dans toutes régions de l’Ukraine -. 

J’ai pu décrire les origines de la crise et les possibles solutions, en vain.

Mais une explication n’est en aucun cas une justification, elle permet cependant de clairement mettre en évidence les possibles responsables et coupables.

Tous ont du sang sur les mains.

Ne me demandez pas par conséquent de choisir, je suis contre l’horreur, d’autant plus que ma petite fille russe est  à Moscou et mon petit fils ukrainien est à Kiev.

Ni Pilate, ni lâche, peut être Pangloss, tout simplement abattu.

EG

Catégories :Non classé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s